Les réunions de village

Origine et buts

Dès le début des années 1980, les habitants manifestèrent une forte envie de cogérer la commune. Dès lors, des réunions de village  furent  instituées par le conseil municipal. Leur rôle était, et est toujours, de débattre sur les sujets choisis et proposés afin d’élaborer des décisions en cohérence avec nos valeurs et nos règles.

L’idéal sous-jacent est un modèle de démocratie participative directe. Les habitants peuvent être impliqués dans les débats, les décisions. Les actions concrètes découlant de ces décisions sont prises en charge par des volontaires pour lequel un genre de mandat moral (comissions) est délivré par l’ensemble des habitants. Le Conseil Municipal consulte le village via ces réunions. Ces deux entités fonctionnent dans l’idée d’une communication en aller-retour nombreux.

Leur fréquence, de même que leur fréquentation ont énormément varié dans le temps. Par exemple, Yves, habitant très assidu aux réunions relate : « J’ai noté une plus grande fréquentation à l’approche des élections municipales, ce que je déplore, mais la démocratie participative directe est un long processus d’éducation politique, semble-t-il… ». En 1986, les villageois se réunirent pendant trois jours et élaborèrent entre autres une liste de valeurs, laquelle fut revisitée au fil des ans et sert toujours de socle à la vie citoyenne au village.

Finalement, les réunions village d’Eourres sont une expérimentation de la vie politique dans sa forme locale la plus concrète, un temps de régulation sociale, d’échange, de partage, d'informations, de coups de gueule et de prises de bec aussi...

Fonctionnement

La réunion village avait lieu le premier lundi de chaque mois à 21h.
Les semaines précédentes un ordre du jour était préparé, mais il pouvait être complété au début de chaque réunion selon les besoins.

Aujourd'hui, les réunions de village sont proposées par les habitants, les conseillers municipaux, au coup par coup, quand la nécessité d'un débat se fait sentir sur un sujet précis.

Nous avons institué dès le départ l’utilité de 4 rôles, que l’on tente encore de maintenir selon les bonnes volontés :

    1. un secrétaire qui rédige le compte-rendu
    2. un facilitateur de parole, qui la fait tourner et évite le monopole et les dérives
    3. un gardien du temps qui signale les heures qui passent
    4. un observateur du processus qui intervient principalement en fin de réunion pour faire un feed-back (retour) sur le déroulement de la réunion.

Fin 2014 et en 2015, le rythme de ces réunions a baissé, principalement suite à une implication citoyenne en perte de vitesse; elles se sont aussi diversifiées sous diverses formes et lieux.