Balade à pied ou en vélo (VTT) : Eourres, col Saint-Pierre, col de Branche, col de la Garasse, Salérans et retour Eourres

CielcouchantEourreswDénivelé : Assez fort
Durée : 5 h à pieds jusqu'à Salérans, 3h au total en vélo. Une partie à découvert, une autre en forêt.
Equipement utile : Bonnes chaussures de marche, vêtements chauds (hé oui, on peut se faire surprendre !) et imperméables, boussole (et une flore pour les botanistes, il y a de quoi !)

Sportifs et amateurs de flore et faune sauvages, voici une grande balade qui vous permettra de faire tout le tour de la montagne de Chanteduc, à l'Est du village. Découvrez les crêtes et un vaste panorama de montagnes tout autour !

On part du village d'Eourres à l'Est, au 2e carrefour du village en montant vers le Sud, au coin de l'ancienne bergerie, sur la piste des Damias : chouette, ça ne monte presque pas, ça permet de bien se mettre en jambes !
Au-dessus des Damias, on laisse la piste qui y descend et on prend légèrement à droite celle qui monte au col Saint Pierre : environ 1 h et ½ de marche, et 1288m. Pouf, pouf, faisons une pause, admirons la vallée qu'on a eu dans le dos pendant toute cette ascension, en direction de Lachau et la Drôme.

Bon, il y a souvent un petit vent, c'est l'apanage des cols, alors reprenons le sac à dos et prenons à gauche (Nord-Est) : on quitte la piste pour un sentier qui part légèrement à droite à flanc de coteau ; il est marqué de jaune et du sigle G.R. Rouge et Blanc.
Il serpente un peu à flanc de coteau. Attention de ne pas rater la bifurcation à gauche après quelques centaines de mètres: environ 50m après une zone un peu boueuse, faites bien attention : le sentier repart carrément en arrière au Nord, à gauche, et escalade la montagne. Bon, ce n'est pas très grave, si vous allez tout droit, au bout de quelques centaines de mètres, le sentier se perd dans la lande ; il vous reste à faire machine arrière et vous retrouverez la bifurcation. Refermez bien les clôtures pour les troupeaux !
Vous êtes au milieu de genêts : mi-juin, ils sont en fleurs, et leur parfum couvre toute la montagne, je le trouve enivrant... Mi juillet, ce sera de petits œillets roses, parmi plein d'autres fleurs de toutes les couleurs.
Ca grimpe pas mal, puis ça se calme, c'est en terrain assez dégagé, et après un dernier petit raidillon, on arrive au col de Branche : le point le plus élevé de la balade : 1465m, ça fait déjà 465m de dénivelé depuis Eourres !

Admirons les divers versants qui s'offrent à nous : à l'Ouest les crêtes, rattrapées par une grande forêt de hêtres ; au Nord la montagne de Chabre (site d'envol de parapente et deltas) et au loin les Hautes-Alpes : le Dévoluy, le Grand Chaillol, l'Oisans... A l'Est, d'autres montagnes en direction de Castellane, Allos et la Haute Provence. Au Sud la montagne de Lure qui domine la vallée du Jabron, parallèle à la Méouge, entre la crête de l'âne au premier plan et la direction du Lubéron, masquée par la montagne de Mare, flanquée d'une forêt de hêtres (une nouvelle fois à l'Ubac, le dernier étage d'arbres, les pins sont plus bas). Waouh, quel tour d'horizon !
Bon, mais pensons à regarder aussi à nos pieds : mi-juillet les joubardes hissent fièrement leurs fleurs.
Allez, on repart ! Je conseille de délaisser la piste qui plonge directement vers Barret/Méouge, car elle est très raide, de quoi se faire mal aux cuisses et aux genoux... Non, prenons au Nord-Est, un peu vers la droite, à travers l'herbe ; le sentier disparaît par endroits : pas grave, on suit à flanc de coteau, largement au-dessus de la limite de la forêt. De temps à autre une alouette s'envole presque dans nos pieds... On passe entre des sorbiers aliziers et on arrive environ 1km après au bord d'une crête en surplomb qui nous ramène naturellement un peu sur la gauche : on va longer cette crête. Oups, attention, là ça descend raide ! A droite très en dessous, on aperçoit la piste qui va de Rougnouse à Ribiers.
Quand on arrive à un petit replat, surveillons notre gauche : le sentier s'enfonce dans la forêt de hêtres : ouf, du couvert pour les jours de grand soleil ! Ca continue à descendre la plupart du temps. Puis, lorsqu'on arrive dans un endroit un peu dégagé et qu'on aperçoit devant nous au contraire une forte côte, découvrons à notre gauche un sentier très discret qui plonge dans la forêt à nouveau : prenons le, c'est un raccourci sympa jusqu'au col de la Garasse (1352m) (sinon, il faut monter cette côte, puis prendre à gauche au Nord). Tiens, des gentianes !
Là, on retrouve une piste forestière, on prend à gauche en suivant la flèche Salérans – Barret/ Méouge, à l'Ouest. C'est le début d'une longue descente sur plusieurs km : patience et endurance ! On est dans une forêt, mais quand même assez dégagée ; un moment on longe un petit ruisseau. On aperçoit en contrebas Barret / Méouge, et en face la montagne de Chabre.
Puis, on laisse la piste qui va vers Barret / Méouge vers la droite, nous on va tout droit direction Salérans : ça remonte raide pendant 100m, puis on enchaîne à nouveau une descente assez raide de plusieurs km jusqu'à Salérans. Sur la carte IGN, je ne vois pas cette portion, mais pas de souci, c'est bien fléché, et la piste est carrossable en 4x4. Ouf, on arrive tout moulus à Salérans, (670m) après environ 5h de marche, sur la route qui remonte à Eourres !
Bon, là, si on est à pied, je conseille de faire du stop, car on n'a plus le goût du goudron... Je l'ai aussi fait en vélo, c'est sympa ; bien sûr, il faut marcher à côté du vélo une bonne partie entre le col Saint Pierre et celui de Branche, mais ensuite, quel régal sur les hauteurs ! Et pour remonter de Salérans à Eourres, c'est quand même mieux, du moins pour les grimpeurs, car il faut passer le col d'Araud (893m), redescendre dans la vallée puis regrimper la dernière ascension vers Eourres (1000m) ! J'ai mis 3h au total.
Ca fait donc un bon dénivelé : + 465m, puis – 800m, enfin + 330m : vous êtes prévenus.
Et vous êtes bienvenus d'ajouter vos commentaires, ça enrichira le site !

C'est une balade assez exigeante, qui vous emmènera sur les sommets à l'Est du village. De quoi vous en mettre plein la vue (et les jambes) ! Un parcours peu fréquenté (jusqu'ici !), donc tranquillité assurée et un grand bol d'air !